Céline B. La Terreur - Le salon de la terreur

 

Installation sonore – expérience d’art, hypnose, dessin, performance

 

Après avoir expérimenté avec l’hypnose durant quelques années, Freud s’était détourné de cette technique, qu’il considérait comme un acte magique constituant un véritable viol de la personnalité.[1]

 

Bienvenue dans le salon de la terreur, où il est possible de s’allonger confortablement, d’admirer des portraits de femmes magnifiques et d’expérimenter une séance d’hypnose guidée par Céline B. La Terreur, sur un lit à baldaquin digne d’un film de Dracula. 

 

Cette installation sonore, basée sur le contenu du Livre noir de la condition des femmes, propose un exercice d’hypnose dans lequel s’inscrit survol de la condition féminine perturbant, évoquant le sort de millions, voire de milliards de femmes, qui vivent en ce moment dans la violence et dans la peur. 

 

Pour citer Le livre noir de la condition des femmes disons que « ce voyage autour du monde, pourrait être, pour tous et toutes, comme une incitation à rompre les silences. Un engagement, en quelque sorte (…) »   car « le silence qui entoure ces drames humains aggrave encore l’impression d’une indifférence politique et publique encore trop partagée. »

 

Avec cette œuvre, le silence est rompu.

 

 

 

 


[1] RAGER, Dr. G.R. (1973). Hypnose, sophrologie et médecine.  Recherches avancées.  Paris : Fayard.

2015, Le salon de la terreur, Galerie Joyce Yahouda

2013, La Divine Tragédie : La Tour, Galerie Joyce Yahouda

2012, Guitar (S)Hero, Foire PAPIER12, Galerie Joyce Yahouda

2011, Coquillage rock II, Galerie Jean-François Meyer, Marseille

2011, Coquillage rock I, ART MANDAT, Barjols, France

2009, L'Antichambre de la Mort, articule

2002, Mouvances, Galerie Joyce Yahouda

2001, La vie en roses : petites suites pour clichés mordants, Galerie B-312

INSTALLATION

2019, C'est du gâteau
Maison de la Culture de Pointe-aux-Trembles

Photos : Richard-Max Tremblay

Photos : Mike Patten

 

Dans l'installation C'est du gâteau, j’ai pris comme point de départ le gâteau de mariage afin d’aborder la problématique de la violence conjugale.

Les gâteaux que je présente semblent délicieux et sophistiqués, cependant, à bien les observer, ils contiennent un univers de douleur et de violence et aussi, un certain humour - humour noir, parfois inquiétant, mais j’utilise l’humour car c"est un outil efficace pour ouvrir le passage aux sujets difficiles.

Il est faux de croire que la violence conjugale n’est pas un problème vraiment répandu et inquiétant (1).

Ce travail est également une exploration du médium de la peinture.  En effet, le médium principal est l'acrylique sur bois, parfois sur plastique ou métal.  Le produit final devient une sculpture, réalisée en peinture.
___________________
1. 
«Parmi tous les espaces de vie (travail, lieux publics, famille, couple), la vie en couple apparaît comme le contexte le plus dangereux pour les femmes (…). Répandues et banalisées, les violences conjugales font vivre les femmes dans la terreur.»
- Maryse Jaspard : Les violences conjugales en Europe /Le livre noir de la condition des femmes

This website is created and hosted by Website.com's Site Builder.